Rouler en groupe : la formation

 

 

La camaraderie motarde (à moins que ce soit l’instinct grégaire) encourage à se déplacer en groupe, ne serait-ce que pour le plaisir de rouler entre copains et de partager ses impressions à la pause. Un exercice qui peut se révéler dangereux si l’on ne respecte pas quelques règles de prudence.

En groupe, c’est-à-dire à partir de deux motos, deux principes fondamentaux sont à respecter en toutes circonstances : garder une visibilité aussi bonne que si vous rouliez seul et pouvoir effectuer un freinage (éventuellement puissant et/ou brusque) sans gêner la moto qui vous suit.

La solution : adopter une formation en quinconce (dite aussi “en damier”) avec une distance de sécuritéimportante entre chaque moto, à moduler selon le type de route empruntée et la vitesse.

Le fait que chaque moto soit décalée latéralement par rapport à celle qui la précède permet à chacun de se déporter en cas d’obstacle sans risquer de collision, tout en dégageant un espace à la fois suffisant pour voir loin et s’arrêter en cas de nécessité, mais assez réduit pour empêcher qu’une voiture vienne s’insérer devant vous. Pas facile à gérer…

Adopter une formation adaptée

La distance que vous garderez devant vous, l’espace nécessaire pour pouvoir vous arrêter complètement sans dévier de votre route et sans percuter un obstacle, devra être calculée (deux secondes) par rapport à la moto qui vous précède, celle qui est décalée, pas celle qui roule devant du même côté que vous. Un peu comme si la moto qui vous précède était une voiture bien large.

Si tout le monde respecte ce principe, vous pourrez brièvement changer de côté de voie de circulation pour éviter un obstacle, et ce sans limiter le champ de vision du copain qui vous suit.
Bien sûr, évitez les changements de placement incessants, c’est agaçant pour ceux qui suivent.

En cas de freinage d’urgence, tout le monde devra veiller à ne pas dévier de son côté. Celui qui vous suit sera peut-être surpris et il aura besoin de tout l’espace nécessaire. En changeant de position, vous risqueriez de vous faire percuter par l’arrière et d’aller tous les deux au tas.

Cette formation en quinconce, adoptée par tous les groupes soucieux de leur sécurité, ne peut se pratiquer que sur des routes suffisamment larges et droites. Sur petite route viroleuse, la file indienne s’impose, avec des distances de sécurité encore allongées.
A moins de disposer d’un groupe aguerri capable de maintenir le quinconce en virage, il est préférable de passer tous les virages en file indienne, puis de reformer le quinconce à la sortie.

Quand on parle de virages, il s’agit de « vrais » virages, sans visibilité sur la sortie.
Les simples courbes ou les ronds-points ne justifient pas de revenir en file indienne.

Respecter les marges de sécurité

Autre règle de conduite en groupe : personne ne vient rouler à la hauteur d’un autre motard. En cas de modification de la trajectoire dans un virage, l’autre moto n’aurait pas de marge de manœuvre.

Une autre règle sur le même principe consiste à ne pas doubler, sauf en cas de nécessité et en prévenant (par des appels de phares répétés ou un petit coup de klaxon) pour ne pas surprendre le motard qui ne s’attend pas à vous voir près de lui.

Il est très important pour la sécurité du groupe de ne pas se surprendre les uns les autres. Rouler en groupe engendre déjà un stress (donc une fatigue) dû au surcroît de vigilance. Inutile de l’augmenter encore en exécutant des manoeuvres intempestives !
Informez clairement les motards qui vous entourent de vos intentions, surtout si vous changez de position ou de direction. Usez et abusez des clignotants, tournez la tête, vérifiez vos angles morts, faites signe de la main… Et effectuez toutes vos manoeuvres en douceur, en gardant la possibilité de vous raviser si besoin.

Un groupe ne possède pas plus de droits qu’un motard solo !
Même en cas de manifestation déclarée et/ou autorisée, même avec un service d’ordre, vous n’avez normalement pas le droit de perturber la circulation. Dans les faits, il est souvent préférable pour la sécurité de chacun que le groupe conserve sa cohésion, donc de franchir les intersections tous ensemble, en bloquant le carrefour si nécessaire.
Mais dans ce cas, pensez à vous signaler et surtout à remercier les autres usagers qui s’arrêtent en leur expliquant la situation. S’il y en a un qui est vraiment pressé ou qui s’énerve, interrompez le cortège et laissez-le passer. Il vaut mieux que ce soit fait avec calme et prévoyance plutôt que de risquer le voir forcer le passage.

Autre point important: rouler en groupe n’autorise pas des manoeuvres plus inconsidérées qu’en individuel, au contraire. Ce n’est pas parce que le motard qui vous précède vient d’effectuer une manoeuvre que vous devez aveuglément la reproduire. L’environnement d’une moto évolue rapidement. Gardez votre propre analyse de la situation en fonction de vos moyens et de vos envies.